À l’occasion des 30 ans de la mort de Philip K. Dick, le graphiste anglais Graeme Helliwell a planché sur la « reconception » de trois de ses ouvrages. Tel était le brief, nous allons voir à présent comment il y a répondu.

Il s’est intéressé aux pictogrammes et aux symboles, un langage visuel à proprement parlé. Les schémas que l’on voit sur chaque couverture sont des l’illustration de moments clés de chaque film. Par exemple, dans Do Androids Dream of Electric Sheep, il a choisi le test de « Voigt Kampff ». L’idée c’est que l’on se focalise sur le schéma, en démarrant par la gauche, le long de la ligne horizontale en allant vers la droite. Chaque ligne verticale représente une action ou un objet.

Pour We Can Remember It For You Wholesale, le schéma le procédé d’implantation de donner dans le cerveau.

Enfin, pour The Minority Report, il s’agit du procédé de prédiction d’un meurtre par les trois « pre-cogs ».
Des choix graphiques originaux mais dont la justification est, je trouve, un peu faible. Même si ces livres sont connus du grand public, on a encore du mal à comprendre le pourquoi du comment de ces schémas. Le packaging est en soit plutôt intéressant, mais une fois encore, pourquoi comme ceci ?

Categories: Collection

One comment

Philip K. Dick, Minority Report, affaire classée ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *